Assemblée Nationale :Tembos Yotama exhorte ses collègues à boycotter la prochaine plénière portant sur la 11ème prorogation de l’état de siège

68

Le député National Tembos Yotama, élu de la ville de Butembo(Nord-Kivu), demande à ses collègues au refus de participer à la prochaine plénière qui sera centrée sur la question de la 11ème prorogation de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et l’Ituri.

Cet du peuple élu pense que le bilan de cet état de siège n’est pas satisfaisant car voilà au moins cinq mois depuis son instauration à l’Est du pays, mais les morts ne cessent d’être enregistrés par la population civile.

“ Chers collègues, l’état de siège accueilli avec espoir dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri voit son bilan apporter plus de malheur que de bonheur aux congolais. Nous avons été élus pour défendre nos électeurs, pas pour défendre les idéaux de nos familles politiques au détriment des intérêts de la population. Ce lundi 01 octobre 2021, on nous demande encore une fois d’aller proronger l’état de siège et donc, par ricochet, aller prolonger le calvaire de ces pauvres citoyens tués comme des mouches, on dirait qu’ils n’ont pas droit à la vie. Nous devons prendre nos responsabilités et sauver les nôtres en rejetant cette nouvelle prorogation” a-t-il recommandé.

Bien avant, il venait de présenter à l’Assemblée Nationale ainsi qu’à d’autres institutions du payss, un rapport détaillé sur les massacres des civils dans les territoires de Beni (Nord-Kivu) et d’Irumu (Ituri). Il est mentionné dans ce document que 7.404 civils sont déjà tués dans plus de 2.237 attaques des rebelles d’Allied Democratic Forces (ADF) de 2008 à septembre 2021.

Pendant que les Forces Armées de la République Démocratique du (FARDC) et le gouvernement congolais estiment que les résultats issus l’état de siège, sont positifs.
Ils évoquent notamment la neutralisation des rebelles aux côtés des centaines des rendus et armes à feu déjà récupérées. L’armée se félicite aussi d’avoir  » sensiblement réduit  » la capacité de nuisance de nombreuses rébellions dans l’Est du pays mais
le Baromètre Sécuritaire du Kivu (KST) a, quant à lui, dénombré plus de 1000 morts depuis l’instauration de l’état de siège en mai dernier, dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri par le chef de l’État congolais Félix Antoine Tsisekedi Tsilombo.

Azarias Mokonzi et Elias Lwayivweka