Béni/Kasindi :“La responsabilité de la MONUSCO doit être établie dans la barbarie commise à la frontière de Kasindi” ( K.Pendani Bosco)

“La situation cruelle vécue à la f de Kasindi-Lubiriya en territoire de Beni au Nord-Kivu dimanche 31 juillet 2022 devrait interpellé le gouvernement congolais de l’échec de la mission onusienne et la souffrance dont la population est victime depuis aujourd’hui plus d’une décennie”.

C’est ce que pense Kombi Pendani Bosco qui dit suivre de près la situation Mossade imposée ce dernier temps à la population de la partie orientale du pays dont le territoire de Beni en particulier, caractérisé par la fusillade des populations civiles et par les présumés rebelles ADF et par les casques bleus de la MONUSCO supposés partenaires du gouvernement congolais.

Tout en adressant ses condoléances aux familles ayant perdues les leurs ,il profite demandé au gouvernement de pouvoir diligenter une enquête afin d’établir la responsabilité de la MONUSCO et au besoin prendre des dispositions idoines pour le retrait sans condition de cette force onusienne.

La population ne veut plus de la MONUSCO et le gouvernement doit écouter la voix du peuple, car dit_on vox Populi vox Dei (la voix du peuple c’est la voix de Dieu) et d’ailleurs le slogan du chef de l’État le peuple d’abord”a-t-il indiqué en reniflant.

Il rappelle que la RDC est un pays souverain et indépendant,et qu’il est inexplicable qu’une armée étrangère vienne saboté en cassant la frontière de force et tirer à bout portant et sur les civils et sur les éléments de la police nationale congolaise.

Il appelle la jeunesse de la République démocratique du Congo en général et du territoire de Beni en particulier de se lever jusqu’au point d’obtenir le départ de la MONUSCO car la RDC ne sera pas le premier pays où la MONUSCO a été chassée pour l’inertie notoire.

Pour rappel, cette force onusienne a tiré sur plusieurs civils au poste frontalier de Kasindi dimanche dernier et tué plus de 3 civils après qu’elle ait forcée son entrée sur le sol congolais via la frontière de Kasindi-Lubiriya.

 

Ghislain Mbakulirayi/Kasindi

Publié le
Catégorisé comme La Une
%d blogueurs aiment cette page :