Dossier Kamerhe: A Bukavu Bertin Mubonzi moralise la base,et appelle cette dernière de rester sereine

50

Le député national Bertin Mubonzi a échangé avec les militants de l’union pour la Nationa Congolaise (UNC) ce mercredi 10 novembre 2021 à Bukavu.

Faisant partie de la délégation Gouvernement-Parlement sur la situation sécuritaire dans la ville de Bukavu et sur l’ensemble de la province, le député National Bertin Mubonzi a dit qu’il ne pouvait pas quitter la ville sans prendre langue avec la base de son parti. Celui-ci est ainsi revenu sur la condamnation du président de l’UNC, Vital Kamerhe, condamné en appel par la justice congolaise à 13 ans de prison en juin 2021.

Tout en transmettant les chaleureuses salutations de Kamerhe à sa base de Bukavu, Bertin Mubonzi a appelé les militants à demeurer sereins et à ternir le discours d’espoir, à ce qui concerne la libération de leur leader.

«Vital Kamerhe est un grand leader dans ce pays et va jouer un rôle important, ce n’est pas moi qui le dis, c’est le président de la République, le magistrat suprême qui l’a dit, c’est un homme sérieux, correct et honnête et je pense qu’un homme innocent n’as pas sa place en prison. Je demande tout simplement aux militants d’avoir désormais des discours d’espoir, de se focaliser sur le parti qui doit continuer à vivre et à donner de la force à notre président par ce qu’il en a besoin. Pour le reste nous allons nous cramponner sur les paroles prononcé par le magistrat suprême et qui nous rassure par rapport à l’innocence de notre président», a confié Bertin Mubonzi au reporter de topinfos24.com sur place.

Par la même occasion, le député Mubonzi a prêché l’unité au sein du parti et demandé les uns et les autres de bannir les discours de division pour la sérénité de l’UNC.

«Dans toute famille on peut avoir des problèmes, mais la force de l’UNC c’est la capacité de résoudre le problème à l’interne, et nous avons tiré cela de notre père qui est un pacificateur jusqu’au bout. Rassurez-vous, il y a pas des divisions dans l’UNC et il n’y en aura pas», a poursuivi Bertin Mubonzi qui est également le président de la commission défense et sécurité à l’Assemblée Nationale avant d’inviter non seulement les militants mais toute la population de Bukavu et du Sud-Kivu en général a demeurer des partisans de la paix.

Il sied de rappeler que Vital Kamerhe a u sa peine de vingt (20) être réduite à treize (13) ans de prison en Appel par la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe dans le procès dit des cent (100) jours. Ses partisans ont toujours clamés son innocence et réclament depuis sa libération estimant qu’aucune preuve de culpabilité de Kamerhe n’a jamais été exhibée.

Eugène Vomba