Etat de siège: l’UNC se scinde en deux camps

104

L’Union Nationale Congolaise, parti cher à Vital Kamerhe s’est coupé en deux branches principales. La première, est celle plus radicale et pas convaincu par les résultats de l’État de siège qui soutient que la mesure sécuritaire est un échec total.

Les sources sûres jointes par la rédaction de topinfos24.com renseignent que cette position tranchante du secrétaire général de l’UNC touche les sensibilités et fruste les partenaires politiques. D’ailleurs, le SG de l’UDPS, Augustin Kabuya l’a désapprouvé. Il a rappelé à son homologue qu’il n’a pas l’expertise militaire pour faire des conclusions sur une matière sécuritaire.

La seconde, plus flexible est celle où se trouve le ministre d’État au Budget, Aimé Boji et le député national Jean-Baudouin Mayo. Les deux cadres UNC pensent que les résultats convainquants de la mesure sécuritaire prise par le chef de l’État ne viendront avec le temps. « L’état de siège n’est pas une baguette magique. Il est l’expression de la volonté du peuple congolais de pacifier la partie Est du pays. Il est donc un processus et une détermination. Ensemble derrière le chef de l’État, nous y arriverons malgré les complicités internes », a souligné Mayo sur son compte Twitter.

De son côté, le ministre Boji a confirmé dans le même support que l’État de siège est sur la bonne voie car lui-même a visité entre autres les villes de Goma, Beni et Bunia. Il contredit également les propos du numéro 2 de son parti qui parle déjà de l’échec.

Eugène Vomba