Goma : Rudi International en 2ième édition du forum sur les droits de l’homme à l’Internet du 18 au 19 novembre (Interview A. Tungali)

La deuxième édition de « HakiConf », une conférence internationale sur les droits de l’homme à l’ère du numérique en République Démocratique du Congo, organisée par l’ONG Rudi International, se tiendra du 18 au 19 novembre prochain 2019 en ville de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Plus de 200 personnes, des jeunes de la RDC et de l’Afrique, des organisations de la société civile, des militants des droits de l’homme, des chercheurs, des technologistes nationaux et internationaux, ainsi que des journalistes seront réunis pendant deux jours pour discuter autour de la contribution d’internet dans la jouissance des droits des citoyens.

Dans une interview exclusive accordée à TOPINFOS24.COM ce samedi 16 novembre 2019 à Goma, Arsène Tungali, directeur exécutif de l’ONG Rudi International a annoncé que ce forum est aussi une façon de montrer combien le gouvernement congolais a pu limiter certains droits des utilisateurs des nouvelles technologies de l’information et de la communication et les conséquences de cette violation des droits des citoyens.

Ci-dessous, l’intégralité de l’interview

Pourquoi cette conférence ?

Rudi International est parmi les grandes organisations au pays qui travaille sur les questions des droits numériques, nous travaillons que les recherches, les plaidoyers, et le renforcement des capacités sur les questions liées au Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Alors cette conférence permet de réfléchir sur l’application des droits de l’homme dans l’environnement de l’internet. Avec cette conférence on veut mettre ensemble les acteurs qui interviennent dans le domaine pour discuter de la façon dont internet a facilité la jouissance des droits des citoyens. Et la façon dont le gouvernement a eu à violer les droits des citoyens sur internet et ses conséquences.

Résultats attendus ?

A la fin de cette conférence nous voulons que les participants comprennent leurs droits, qu’ils comprennent comment ils doivent jouir de leurs droits sur internet. Comme on parle du doit à la liberté d’expression, maintenant internet est aussi une plateforme où les citoyens expriment leurs pensées (Facebook, Whatshapp…). Le droit à la liberté d’expression ne s’exprime pas seulement dans la rue mais sur internet aussi. Aujourd’hui, seulement 15 % de la population ont accès à internet en RDC, alors c’est le moment vraiment idéal de parler de droits des citoyens sur internet.

Innovations par rapport à la première édition ?

Au fait l’année passée, on n’a pas eu de décideurs dans la conférence car on peut parler et se plaindre par rapport à ce qui se passe mais si un décideur n’est pas là c’est rien. Mais cette année on a un député national qui va participer et donc on va discuter avec lui sur les lois qui parlent des questions de l’internet et avoir un député, il va nous faire comprendre comment avoir les lois sur la protection des droits de l’homme sur internet. On va aussi parler de la responsabilité des entreprises des télécoms, lorsqu’il y a coupure d’internet, alors on a voir comment ces entreprises doivent réagir quand l’Etat coupe l’internet.

Des violations des droits d’accès à internet lors du régime passé

L’année dernière on a organisé ça pendant le mois de novembre, et c’était une période électorale, alors on a fustigé les violations des droits de l’homme qui se sont observées par rapport à internet, mais cette année avec l’avènement du nouveau régime, on sent quand même une lueur d’espoir car il y a des mois en mois de liberté qui sont violées. On sent que le président Félix a une vision par rapport au numérique, il veut utiliser ce domaine pour aider le pays à se développer.

Profils des participants

On aura des membres du gouvernement, des députés, ça veut dire ceux qui ont la charge de réguler le secteur, on aura des utilisateurs simples de l’internet, on a des journalistes, des chercheurs, des professeurs, des juristes des avocats …

Un dernier message

Il y a des cas d’utilisation abusive d’Internet. Alors nous allons aussi parler des fausses informations sur internet, et ce ce n’est pas l’État qui le fait mais c’est la population, des mauvaises informations qui peuvent même conduire à des soulèvements populaires, et ça nous décourageons. Nous invitons donc toutes les personnes qui vont participer à notre conférence à adopter des mesures qui prônent une bonne bonne utilisation du numérique.

La rédaction

%d blogueurs aiment cette page :