Ituri : Spéculation sur le prix des produits pétroliers, Daniel Mugisa apaise les esprits

Depuis les trois jours de deuil décrétés par l’Association culturelle Ente du mercredi 18 au vendredi 20 mars dernier pour riposter contre les tueries de ses membres dans les territoires de Djugu et d’Irumu, et la prise des mesures drastiques par le chef de l’État pour faire face à la propagation de la pandémie de COVID 19, le prix des produits pétroliers ne cessent de galoper sur le marché.

De petits commerçants achètent des grandes quantités de ces produits et les stockent avec l’idée que les stocks vont tarir dans les jours à venir. A cela, il faut aussi ajouter la fermeture des frontières ougandaises il y a deux jours.

A titre illustratif, un litre d’essence qui se vendait à 1500fc se négocie actuellement à 2500 FC ou plus, dans l’ensemble de l’Ituri.

Mais, Daniel Mugisa, président des importateurs des produits pétroliers en Ituri, dans une interview accordée à TopInfos24.com ce lundi 23 mars 2020 à son cabinet, apaise les esprits et appelle ses collègues au respect strict des structures des prix.

« La pandémie de Coronavirus ne doit pas être un sujet pour s’enrichir et de faire souffrir la population. Que chacun remette le prix de 1800fc à la pompe et respecte les structures des prix. Celui qui ira à l’encontre sera poursuivi et puni sévèrement. Nous sommes entouré par des guerres, des maladies. Faire hausser encore le prix du carburant est une autre forme de guerre que nous voulons imposer à la population », a-t-il indiqué.

Daniel Mugisa rassure la population qu’il n’y aura pas pénurie du carburant, car les stocks sont suffisants pour couvrir toute la province, au delà même de 30 jours.

« Nous avons des stocks stratégiques suffisants et des réserves assez grandes pour nos partenaires, entre autres le gouvernement provincial, toutes les ONG contractées, tous les services de tutelle non apparentés (…) et à la population à utiliser au delà même d’un mois si nous l’utilisons rationnellement. C’est le temps d’aider les gens et non de les terroriser », poursuit-il.

Il interdit par ailleurs à tout importateur des produits pétroliers de spéculer inutilement, mais plutôt d’aider la population pendant ces moments où l’Ituri traverse un calvaire.

Abdoul Lazo, à Bunia

%d blogueurs aiment cette page :