• mer. Sep 30th, 2020

RDC-Déshospitalisation de Muanda Nsemi : le chef spirituel de BDM affirme avoir enterré la hache de guerre

Août 6, 2020

Le gourou de la secte mystico-religieuse et leader du mouvement politico-religieux Bundu dia mayala (BDM), Zacharie Bandiengila, alias Ne Muanda Nsemi, a regagné sa résidence de Macampagne, le lundi 3 août, après  près de quatre mois d’hospitalisation, d’abord au Centre neuro-psychopathologique (CNPP) puis  aux Cliniques universitaires de Kinshasa (CUK).

Parmi des personnalités qui l’ont accompagné à sa sortie d’hôpital, il y a eu le président du Conseil national de suivi de l’Accord de la Saint-Sylvestre (CNSA), Joseph Olenghankoy, ainsi que quelques agents de la Police nationale congolaise (PNC).

Devant l’hôpital, Ne Muanda Nsemi a félicité les médecins et le personnel des CUK pour avoir pris soin de lui pendant tout son séjour dans leur institution. L’ex-député national a, par ailleurs, promis d’être leur porte-parole dans le plaidoyer pour l’amélioration de leurs conditions de travail. « Je vous remercie sincèrement. Je serai votre porte-parole partout pour vous défendre, parce que vous travaillez très bien. Il me semble que les conditions de paie soient un peu défectueuses. Moi-même j’ai vu, je vais parler de ce que je connais, merci », a-t-il déclaré, un peu fatigué par la maladie et des mois passés à l’hôpital.

Tshisekedi reste mon neveu

Arrivé chez lui, Ne Muanda Nsemi a également félicité le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, pour le traitement dont il a bénéficié depuis son arrestation, il y a plus de quatre mois, jusqu’à la réhabilitation de sa résidence. « Je remercie beaucoup le président Tshisekedi pour tous les efforts qu’il a faits pour qu’on en arrive là. Qu’il sache qu’il est mon neveu et que je le soutiens. Entre un neveu et un ami, le choix est clair. Je le soutiens et qu’il me soutienne, il verra que ça marchera bien parce que le saboter, c’est saboter mon neveu. Et je serai condamné par les ancêtres, parce que c’est mon neveu. Qu’on se tienne la main avec lui pour aller de l’avant et tout ira bien », a dit Né Muanda Nsemi, lui qui, avant d’être arrêté, s’évertuait à vilipender le chef de l’Etat, qu’il appelait à démissionner pour lui laisser le pouvoir, en vue d’assurer la transition de trois ans pour booster la République démocratique du Congo. Dans une de ses déclarations, il s’est même auto-proclamé président de la République fédéral du Congo.

Il est également rappelé que l’ex-député national, arrêté le 25 avril, à la suite d’un raid mené à sa résidence par la police, avait été admis, le jour de son arrestation, à la clinique Ngaliema pour les premiers soins. Il a été transféré, quelques jours plus tard, au CNPP où les médecins ont établi que le leader de BDM avait un problème psychique. « Après avoir procédé à une auto et hétéroanamnèse, un examen neuropsychiatrique approfondi, à une mise en observation jusqu’à ce jour et à des examens complémentaires appropriés dont un scanner cérébral et un électroencéphalogramme, nous concluons à la présence d’un trouble mental sur fond de stress à répétition », avait indiqué en son temps le CNPP dans le rapport médical soumis à l’autorité judiciaire qui lui avait transmis ce malade. Cette institution médicale spécialisée avait, par ailleurs, indiqué qu’une prise en charge en santé mentale et soutien psychosocial étaient indispensables pour Ne Muanda Nsemi.

Quelque temps après, l’ex-député national avait été diagnostiqué atteint de la covid-19. Ce qui avait conduit à son transfert, le 17 juin dernier, aux CUK où il a été pris en charge. Au sein des cliniques universitaires, il avait été acheminé vers le pavillon où sont internés les cas bénins ou légers. Ne Muanda Nsemi, poursuivi pour atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, incitation à la haine tribale et la rébellion, a également trouvé sa résidence réhabilitée et meublée, sur décision du chef de l’Etat.

Lucien Dianzenza/adiac-congo

 7,725 total views