• mer. Sep 30th, 2020

RDC-procès 100 jours : à qui profite le maintien en prison de Vital Kamerhe ?

Août 17, 2020

Incarcéré, le 8 avril 2020, alors qu’il s’y attendait le moins, Vital Kamerhe a vu toutes ses demandes de mise en liberté provisoire rejetées. C’est à croire que quelqu’un a grand intérêt à le voir derrière les barreaux.

La convocation du cauchemar

Convoqué au Parquet général de Kinshasa/Matete, le mercredi 8 avril 2020, pour être écouté dans une affaire des travaux des 100 jours dans laquelle son nom était cité, à plusieurs reprises, le directeur de Cabinet et principal allié de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, était à mille lieues de penser qu’une trappe venait de se refermer sur lui. Après une audition de plusieurs heures, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) a terminé cette journée du 8 avril dans une cellule de la prison centrale de Makala dont il est devenu, depuis plus de quatre mois, un des plus célèbres pensionnaires. Aucune chance n’a été laissée à celui qui, jusque-là, était appelé « Président bis ».

Des demandes de mise en liberté provisoire rejetées en série

Depuis cette incarcération, les avocats de Vital Kamerhe n’ont eu de cesse d’introduire des demandes de mise en liberté, ne serait-ce que provisoire. En tout, huit demandes ont été introduites. Toutes les fois, les avocats ont été déboutés par la Cour. Le dernier rejet qu’ils ont essuyé, cette fois de la part de la Cour de cassation, remonte au 5 août 2020.
Pour l’UNC, le sort réservé à son leader est inacceptable. C’est pourquoi, dans un communiqué en date du 7 août, les cadres et les militants du parti de Vital Kamerhe fustigent ce traitement que l’on réserve à une personnalité qui « a rendu de grands et loyaux services à la République, depuis plus de 30 ans » et dont la « fuite n’est pas du tout à craindre ».

Des pions du procès Kamerhe promus

La promotion de magistrats et avocats impliqués dans le procès de Vital Kamerhe est un autre élément qui n’est pas passé inaperçu. En effet, le 17 juillet dernier, soit près d’un mois après le verdict du procès, le Président Félix Tshisekedi a procédé à des nominations dans le milieu judiciaire congolais. Et comme par hasard, des personnages-clés du procès affaire des 100 jours sont tous promus. Dieudonné Kaluba Dibwa, un des avocats de la partie civile, lors du procès, gagne une place à la Cour constitutionnelle ; Pierrot Bankenge Mvita, juge président au procès en remplacement de Raphaël Yanyi décédé, a été nommé président du Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe ; Kisula Betika Yeye, le procureur près le parquet général de Kinshasa/Matete qui a fait arrêter Vital Kamerhe, le 8 avril, a été promu avocat général près la Cour de cassation.
Que faut-il comprendre de ces diverses promotions ? Sont-ce des récompenses pour services rendus ? La question mérite d’être posée, tant la période choisie pour les nominations porte une charge de suspicion.

Lire la suite sur  https://www.afrik.com/rdc-a-qui-profite-le-maintien-en-prison-de-vital-kamerhe

 2,712 total views