• mer. Sep 30th, 2020

RDC-Reformes électorales : Le rapport du G13 entre les mains de Fatshi depuis hier

Sep 15, 2020

Les initiateurs de l’appel du 11 juillet proposent l’élection présidentielle le 24 décembre 2023.*Dans ce même document de 42 pages, Sesanga, Mukoko, Lubaya…, suggèrent la suppression du seuil électoral ainsi que la plénière de la CENI.Les initiateurs de l’appel du 11 juillet 2020 ont déposé, hier lundi 14 septembre, en primeur, leur rapport sur les réformes électorales entre les mains du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Ce, après avoir consulté largement les forces politiques et sociales.

Selon certaines indiscrétions, le groupe de 13 personnalités qui ne s’inscrit pas dans la logique du glissement pour un partage du pouvoir, propose la tenue de l’élection présidentielle ramenée à deux tours le 24 décembre 2023.L’élection présidentielle devait être couplée avec les sénatoriales, législatives et provinciales.

En plus de la date de l’élection, Delly Sesanga, Mukoko Samba, Claudel Lubaya, Ndjoli… ont également suggéré la suppression du seuil électoral ainsi que la plénière de la CENI.

Par conséquent, le bureau de la nouvelle Centrale électorale sera composé de 9 membres.Les autres points contenus dans ce document remis au Chef de l’Etat seront dévoilés dans une conférence de presse qui sera animée incessamment par les 13 personnalités.Toutefois, les innovations apportées par les initiateurs de l’appel du 11 juillet touchent plus généralement à la transparence des opérations de vote, au mode de scrutin et à la certification des résultats qui participent à la simplification du système électoral à savoir : l’institution et l’encadrement du vote électronique; la construction d’un chemin administratif efficace et opérationnel de la constitution de la preuve par l’organisation d’un meilleur chemin du tracé de la production et du contrôle des élections; l’obligation et non la faculté de remettre un procès-verbal aux témoins ainsi que les fichiers des résultats; l’institution d’une traçabilité des résultats de vote du bureau de vote au bureau de la centralisation par l’obligation des résultats à tous les niveaux ….«L’ambition de la présente proposition consiste plus spécifiquement à répondre aux problèmes pratiques constatés en 2018 », peut-on lire dans l’exposé de motif dudit rapport.

Selon le député national Delly Sesanga, qui s’est exprimé au nom du collectif, le Chef de l’Etat s’est montré très réceptif à leur démarche.«Le président de la République nous a encouragé à poursuivre notre action afin d’obtenir l’adhésion de la majorité des Congolais », a déclaré le président de l’ENVOL.Depuis le 11 juillet, le G13 a sillonné le territoire national et a rencontré les acteurs institutionnels et parties prenantes au processus électoral afin de définir, ensemble, les priorités de la réforme, consolider les points de convergence et régler le désaccord. Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Lamuka et ses différents leaders, AFDC-A, le chef spirituel Simon Kimbangu Kiangani, le Cardinal Fridolin Ambongo, les représentants de l’ECC et d’autres églises étaient consultés par les 13. Sans oublier l’UNFPA, la Monusco et d’autres organisations qui ont pignon sur rue. Ce n’est pas tout. Des structures nationales spécialisées en l’occurrence l’Office National d’identification de la Population (ONIP) ont également été associées à ces discussions, y compris plusieurs autres acteurs de la société civile.Le Président de la République a certes reçu le rapport mais le travail n’est pas pour autant terminé. Restera la grande bataille au niveau du Parlement dont la rentrée est prévue ce mardi 15 septembre. Bien que la présente session soit essentiellement budgétaire, le G13 devra essayer de faire passer ses différentes propositions en rapport avec les réformes électorales.La partie s’annonce dure, très dure même dans une assemblée archi dominée par le FCC dont on connait la position sur nombre de points. 

Eric WEMBA/forumdesas

 137 total views