RDC:La communauté internationale a-t-elle une part de responsabilité dans les massacres perpétrés dans l’Est ?

La question de savoir pourquoi la communauté internationale refuse d’avouer et déclarer qu’il y a eu et il y a génocide au Congo-Kinshasa reste préoccupante. Le Professeur Dady Saley a tenté d’y répondre devant la presse de Goma au Nord-Kivu ce mardi 2 août 2022. Pour lui, la part de la communauté internationale est grande.

Ce chercheur s’est ainsi exprimé à l’occasion d’une journée dédiée aux victimes des tueries sauvages des populations civiles à Beni, Lubero, Butembo, Ituri, Makobola et partout ailleurs dans la partie Est de la RDC.

Selon lui, « la communauté internationale refuse d’avouer et déclarer qu’il y a eu et il y a génocide au Congo-Kinshasa parce qu’elle a aussi une très grande part de responsabilité dans les massacres perpétrés dans la partie Est de la RDC ». Il poursuit aussi que le leadership Congolais n’a jamais été à la hauteur de mettre la communauté internationale au défi, en la mettant devant ses responsabilités et /ou la traduire devant un tribunal compétent.

Le Professeur Dady Saley note alors qu’il est aujourd’hui de la responsabilité du peuple Congolais de plaider pour la cause de ses victimes, quel qu’en soit le prix à payer. Car, une fois cette lutte sera gagnée, la nation Congolaise en tirera le plus de dividendes.

Avec plus de deux décennies de bain de sang dans la partie Est du pays, plus de 12 millions de personnes ont déjà été sauvagement massacrées, soit l’équivalent de toute la population Rwandaise estimée à plus ou moins 12.712.431 habitants, qu’elle comptait en fin 2020.

 

Radiomoto.net/Topinfos24.com

Publié le
Catégorisé comme La Une
%d blogueurs aiment cette page :